Les heures joyeuses

Pour unifier la série La bible des Heures joyeuses

Visuels Bible des Heures joyeuses

Inspirés des séries télévisées, nous avons commencé par rédiger une « bible », c’est à dire tout le cahier des charges qui gouvernait la rédaction des épisodes. On y trouvait les fiches de personnages, mais aussi des instructions sur la longueur du texte et sa structure, le format des intrigues, la narration et comment ouvrir chaque épisode avec une « préhistoire ».

Je n’en reproduis ici que des éléments qui peuvent intéresser des lecteurs curieux.

En illustration, les supports que j’ai utilisés pour visualiser les personnages. Evidemment, le casting est hollywoodien…

 

Ouvrez et fermez en cliquant sur le nom des sections.

Plan du Paradis
Plan du Paradis

Nom :                         Le Paradis

Adresse :                   6, place de la Mare au Diable

Date d’ouverture :   1994

Propriétaires :

  • Jacques est un ancien mannequin un peu dandy, un peu vieux beau (Roger Moore entre Amicalement vôtre et James Bond). La bonne quarantaine.
  • Dominique est plus du genre « chemise de bûcheron », il est plutôt bien en chair, de type méridional (décrit comme le bonhomme de la pub Ducros [HJ2]). Il a été marié et a une fille qui travaille au bar. La bonne quarantaine également.

Serveurs :

  • Mounir très beau, très sympathique, très professionnel. Français d’origine algérienne.
  • Rodolphe – l’idiot du Paradis
  • Ève-Marie – fille de Dominique (le patron)

Videur :                      Mario

D.J. :                            une didjette, en fait. Sandra Chantreau, nom de scène : D.J. Pomme

Heures/jours d’ouverture :

ouvert tous les jours sauf le 24 décembre

été : 14.00-02.00 ; hiver : 18.00-02.00

Tarifs :                        à déterminer, mais en euros dès le premier épisode

Cocktail maison :    [à déterminer]

Disposition / Décoration :

  • Extérieur

L’immeuble est un vieil hôtel particulier du centre historique de la ville. La façade du bar a été ornée de sept arches en bois entre les piliers desquelles s’ouvrent six fenêtres et la porte d’entrée — une double porte vitrée (un peu en retrait par rapport au trottoir) qui s’ouvre vers l’extérieur et dont les poignées représentent chacune un serpent avec une pomme dans la gueule. Ces portes sont gardées à partir de 22.00 par un videur assis sur un tabouret de bar. Une enseigne, éclairée par deux statues d’anges avec un spot dans la bouche, établit le nom du bar : « Le Paradis ».

En été, une terrasse est ouverte de 14.00 à 00.00 sur la place de la Mare au Diable, une petite place plantée de platanes, avec une fontaine représentant l’Enfer et les péchés capitaux en son centre.

  • « Le Paradis » ; salle principale, niveau rue (environ 100m²)

Le bar s’étend sur presque toute la longueur de la pièce, à gauche, quand on entre (il est en bois et métal brossé). En son milieu trônent les bières pression. Il forme un coude à chaque extrémité. Le renfoncement formé par celui qui se trouve près de l’entrée est la place réservée à Dino. Il y a son tabouret au bar et le piano droit où il s’installe à sa convenance pour pousser la chansonnette. Deux à trois personnes peuvent aisément s’installer en sa compagnie. L’autre renfoncement est censé être une zone de libre circulation pour les serveurs, mais il est souvent encombré par un ou plusieurs clients qui y voient la meilleure place pour discuter, soit avec le personnel, soit avec les clients qui viennent déposer leur manteau au « vestiaire », une petite salle fermée d’une dizaine de m² qui sert également de coulisse pour les spectacles.

A chacun des coudes du bar, il y a une lampe kitschissime représentant un ange joufflu. A côté de Dino, trône le seau à champagne (toujours garni) sans lequel il ne survivrait pas.

Sur le mur, derrière le bar, il y a tout l’assortiment habituel de bouteilles et de verres sur une série d’étagères en verre (les montants sont en bois). Côté Dino, il y a d’abord la porte qui mène à la remise et aux appartements du patron, Côté vestiaire sur le plan de travail composé par les réfrigérateurs, il y a une machine à margaritas.

Au fond de la salle, une petite scène s’étend sur environ 10m² entre le vestiaire et l’escalier du fond. L’éclairage y est minimal mais assez performant. La sonorisation laisse parfois à désirer (la régie aussi se trouve dans le vestiaire).

Dans le renfoncement entre la scène et l’escalier du fond, il y a un flipper.

Sur le mur, au fond de la scène, il y a un grand tableau (peint par un artiste local) qui représente le jardin d’Eden et Adam, tout seul ( ? en tout cas sans Eve) avec le serpent sous le pommier. [autres détails à définir]

Au centre de la pièce, il y a long zinc en forme de S, son dessus est en métal brossé, son corps est peint en couleurs assez vives pour représenter un serpent tenant une pomme dans sa gueule.

Le long dur mur, en face du bar, il y a un long banc d’abbaye gothique à cinq « niches » ornées d’ogives où l’on peut s’asseoir à deux en serrant bien. Devant, il y a cinq minuscules tables basses et quelques petits tabourets. Cette zone est quelque peu séparée du reste du bar par une série de piliers de soutènement. Elle est bordée de part et d’autre par les escaliers qui descendent au sous sol.

  • « Le Purgatoire » ; niveau –1

En descendant l’escalier du fond, on peut admirer une statue du Christ en short sur une planche de surf. Il vaut mieux ne pas se laisser distraire par cette œuvre d’art car l’escalier est très abrupt.

Au pied de cet escalier, on se retrouve face à la porte du « Purgatoire », c’est à dire les lieux d’aisance (un cabinet et un mur d’eau). A droite des lavabos, une porte portant l’inscription « Fruit défendu » mène à la cave/réserve où on change les fûts de bière et au local du personnel.

  • « L’Enfer » ; espace discothèque, niveau -1 (environ 60m²)

Si on descend à l’Enfer par l’escalier du fond, on se retrouve dans un espace assez dégagé (à côté de la porte du « Purgatoire »). Sur la gauche, il y a la « chaire » de la didjette, une véritable chaire d’église en bois sculpté. Au centre de la pièce, le long du mur qui sépare cet espace de la réserve, il y a une piste de danse d’une quinzaine de m², couverte de plaques de métal cuivré. Le long du mur opposé court une petite étagère destinée à poser les consommations. Sous le deuxième escalier, un petit bar à shooters (tenu par Ève-Marie) aide garder l’ambiance chaude et vibrante.

« L’Enfer » n’est ouvert que du vendredi au dimanche à partir de 22.00.

 

Nom :                         Sans (elle ne doit jamais être nommée)

Région :                     Indéterminée

Population :             Entre 100 000 et 200 000 habitants

Topographie :          La ville est construite de part et d’autre d’une rivière navigable [jamais nommée] qui coule d’ouest en est. Historiquement, elle a été construite en flanc de colline sur la rive gauche (nord), puis s’est étendue rive droite après drainage et assèchement des marécages.

  • La zone en amont (ouest) est bordée par une forêt. Deux anciens domaines privés y ont été aménagés en zones pavillonnaires. Un troisième château y abrite maintenant un centre culturel. Les bords de la rivière y sont aménagés pour la plaisance.
  • La zone aval (sud et est) est l’ancien centre industriel en cours de réhabilitation. Partiellement détruite par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, elle a été reconstruite dans les années cinquante.
  • Le centre ville est divisé en centre historique (rive gauche) et centre commerçant (rive droite) mais la séparation n’est pas très distincte (la rivière ne divise pas la ville en deux parties indépendantes).

Centre ville, dit « quartier Germinal » 

Haussmannien ; rive droite ; les noms de rues sont des noms d’événements ou de personnages historiques nationaux.

Il est bordé au nord par la rivière, au sud par l’avenue de l’Europe et le pôle de développement, à l’est par le boulevard Leclerc et le quartier populaire, et à l’ouest par la zone portuaire amont.

On distingue le centre ville « commerçant » du centre historique. Le centre « commerçant » connaît une grande activité jusqu’à la fermeture des magasins (vers 19.30). On y trouve l’Hôtel de ville (bordé par le Parc Germinal), de nombreux commerces et grandes enseignes, un cinéma multi-salles et la plupart des services. Le marché qui se tenait traditionnellement le mercredi et le dimanche, place Saint-Louis, dans le centre historique a été déplacé vers la place Gambetta. On l’appelle toujours le marché Saint-Louis.

rues connues :        rue de la Libération, place Gambetta

Centre historique, dit « quartier Saint-Louis »

Médiéval/dix-huitième ; rive gauche, entre la rivière et la colline ; les noms de rues sont des noms de saints ou de personnages de l’Ancien Régime.

Il est bordé au nord et à l’ouest par les boulevards (dont la rue de la Gare) et le quartier résidentiel, au sud par la rivière, et à l’est par la zone portuaire aval.

L’activité du centre historique est plus nocturne, avec des restaurants, des bars, un théâtre et un vieux cinéma de quartier. On y trouve aussi des antiquaires, des libraires, des salons de thé… Et bien sûr, la cathédrale et le beffroi.

rues connues :        rue Saint-Nicolas ; place de la Mare au Diable, place Saint-Louis, rue Mazarin, passage Henri III

Quartier populaire, dit « quartier Pasteur »

Architecture indéterminée, Reconstruction par endroits ; rive droite, plutôt en aval ; les noms de rues sont des noms de personnages historiques nationaux ou internationaux des 19e et 20e siècles.

Il est bordé au nord par le boulevard Leclerc et le centre « commerçant », au sud par la banlieue et une partie du pôle de développement, à l’est par la zone portuaire aval et la zone industrielle et à l’ouest par l’autre partie du pôle de développement.

On y trouve un grand centre commercial, un cinéma multiplex, quelques commerces de bouche et de proximité et quelques administrations. Il s’agit surtout d’une zone d’habitations.

rues connues :        rue Pasteur, rue Kennedy, boulevard Leclerc

Quartier résidentiel , dit « Les Hauts »

Maisons de ville, résidences de standing ; rive gauche, sur le flanc de la colline, au dessus du centre historique ; les noms de rues sont des noms d’artistes classiques.

Il est bordé au nord par le jardin panoramique de la colline, au sud par les boulevards et le centre historique, à l’est par la banlieue et à l’ouest par l’université et la forêt.

rues connues          rue Rabelais

Quartier HLM, dit « Les Tourterelles »

Cité HLM ; rive droite ; les noms de rues sont des noms d’arbres ou de plantes, les immeubles portent des noms de régions ou de pays. Séparée du centre par le pôle de développement au nord et à l’est, bordée au sud par la banlieue, et à l’ouest par la zone pavillonnaire.

rues connues :        rue des Peupliers

Quartiers pavillonnaires, dits « Cassiopée » et « Antarès »

Rive droite, en amont, en lisière de la forêt ; les noms de rues sont des noms de constellations.

Bordé au nord par la rivière et la zone portuaire amont, au sud par la banlieue, à l’est par le pôle de développement et le complexe sportif et à l’ouest par la forêt.

rues connues :        aucune

Pôle de développement,  dit « quartier de l’Europe »

Architecture post-moderne en périphérie (reconstruction de l’ancien quartier ouvrier ; les noms de rues sont des noms qui évoquent l’économie, la science ou l’industrie de la fin de 20e siècle.

Bordé au nord par l’avenue de l’Europe, qui mène de la zone portuaire amont à la zone industrielle, au sud par la cité des Tourterelles, à l’est par la zone industrielle et la banlieue, et à l’ouest par le complexe sportif et le quartier pavillonnaire.

rues connues :        avenue de l’Europe, rue Albert Einstein

Écoles :                      Maternelle Jacques Prévert ; collège Victor Hugo ; lycée Jules Verne

Université :              Elle est un peu excentrée, rive gauche, au pied de la colline en amont. On s’y rend par le bus 69, ce qui amuse bien les étudiants.

Complexe sportif :         Entre l’avenue de l’Europe et la zone pavillonnaire, le centre sportif  est composé d’un stade, d’une piscine olympique et d’une patinoire.

Industries :               Après une longue période de crise due à la disparition des anciennes industries de production, la ville connaît un nouvel essor grâce à l’implantation d’industries de pointe dans la région.

Points d’intérêt touristique :   

  • Le centre historique et sa cathédrale gothique
  • Le port fluvial d’amont (base nautique)
  • Le parc Germinal (lieu de drague la nuit)
  • Le parc panoramique de la colline

Gare :                         Elle se trouve rive gauche, rue de la Gare, entre le centre historique et le quartier résidentiel.

Banlieues :

  • Bois-Guignan ; banlieue riche au nord-est
  • Saint-Claude (comme les pipes) au sud ouest et Sainte-Rita (patronne des cas désespérés) au sud-est, assez pourries.

Vie gay :                   

  • Bars : Le Paradis (place de la Mare au Diable) ; L’Exit (rue Mazarin)
  • Discothèques : L’Acropole (musique et public variés ; rue Albert Einstein) ; Le Tropico (cabaret ringard ; passage Henri III) ; Le Dikx (boîte techno mixte et jeune ; rue Kennedy)
  • Saunas : [à déterminer]
  • Lieux de drague : la gare ; le parc Germinal…
  • Associations :[à déterminer] Act-Up
Billy Zane as Noel Archambault
Noël Archambault (Billy Zane)

Nom :                                      Archambault

Prénom :                                Noël

Date de naissance :           27 mai 1968 (St. Augustin, Gémeaux) soit 31 ans au début de la série

Lieu de naissance :            la ville

Description physique :    1,80 m ; bien bâti (fin musclé) ; cheveux châtains dégarnis (rasés, on l’appelle M. Propre) ; yeux marrons

Look :                                      Classique

Slip ou caleçon ?                Caleçon

Profession :                          Antiquaire (spécialisé dans le XXème siècle et l’exotique)

Caractère :                            Patriarche

Après une enfance et une adolescence pour le moins tourmentées, il cherche maintenant à recréer le cercle familial qui  lui a toujours manqué.

Encore parfois sujet à des accès de paranoïa.

Obsédé de la propreté (on l’appelle M. Propre)

Milieu d’origine :               Très riche

Famille

Père : Michel, décédé en 1977, héritier unique d’une famille riche

Mère : décédée en 1968 (en couche)

Frère (s) : aucun

Sœur (s) : aucune

Autres :

  • Léa Lacoste-Archambault, belle-mère après remariage de son père (1975).
  • enfants qui sont très amis avec Noël

Niveau d’éducation :        Supérieur (école des beaux arts)

Langage/Humour :            A un langage très précis mais pas précieux. Très pince sans rire

  • Emploi de « ne » : systématique
  • Contractions : aucune
  • Argot : rare et parfois vieillot.

Expressions types :            Tiens donc !

Il appelle :                              • Noël : Moi • Virginie : Virginie • Thomas : Monsieur DeFortescu, mon petit Tom (quand il n’est pas là) • Laurent : Laurent • Greg : Greg • Il n’est pas très branché surnoms ou diminutifs.

Adresse :                              

  • maison : 2 rue Rabelais
  • boutique : 25 rue Saint-Nicolas
  • studio : rue des Archives (Paris)

Téléphone :                          Ancien à la boutique et chez lui ; Portable depuis HJ3 – ne l’utilise que contraint et forcé

Chez lui, c’est :                    Une maison de ville qu’il partage avec Thomas et où il aime recevoir. Il y a une cave bien remplie, un jardin et des chambres d’amis. Dans sa chambre, il y a un lit à baldaquin. Le décor est à déterminé [sans doute un compromis entre ancien et moderne, peut-être un kitsch 70…]

C’est aussi un studio à Paris

Animaux domestiques :  Poissons exotiques ; Chat (Prépuce, dit Pupuce en présence de Mme Defortescu)

Plat préféré :                       Coquilles Saint Jacques (fruit de mer en général) ; tous les plats qu’on partage (il cuisine)

Boisson préférée :             Bourbon (marque à définir) ; Bons vins

Fumeur :                                Oui, la pipe

Sports pratiqués :              Jogging, vélo

Véhicule :                              Une vielle DS en très bon état et un vieux vélo

Lectures :                               nombreuses et variées ; abonné à Télérama et aux Inrockuptibles

Musique préférée :          Aucune, il est mélomane et s’intéresse à tous les genres

Films préférés :                  Tendance à aimer les classiques, un gros penchant pour Bresson

Penchants artistiques / culturels :          Tous azimuts ; va beaucoup au théâtre, à l’opéra, dans les expos…

Voyages :                               à déterminer

Sexualité :                             A un peu fait le tour de tous les complexes courants avant et après avoir découvert sa sexualité. Suivi par de nombreux psy pendant sa jeunesse. Il a roulé sa bosse avant de rencontrer Thomas

Sortie du placard :

  • Famille : quasi inutile (il a grandi seul et Léa a toujours su)
  • Entourage professionnel : fait

Sa rencontre avec :           

  • Greg : au BH (Paris), en 1990. [HJ5]
  • Laurent : aux heures joyeuses [HJ1]
  • Thomas : Ils se sont rencontrés à l’ouverture du Paradis il y a 5 ans.
  • Virginie : à déterminer
Alicia Witt as Virginie Beynac
Virginie Beynac (Alicia Witt)

Nom :                                      Beynac

Prénom :                                Virginie

Date de naissance :           13 septembre 1973 (St. Aimé, Vierge) soit 26 ans au début de la série

Lieu de naissance :            Tarbes

Description physique :    1,70 m ; 55 kg ; cheveux roux ; yeux variables (lentilles de couleur)

Look :                                      Très mode, très sexe

Slip ou caleçon ?                Culotte

Profession :                          Étudiante en psychologie (elle triple sa licence)

Caractère :                            Profite de la vie, aime faire la fête. Militante active et dispersée, un peu écolo, un peu coco, un peu WWF, un peu Act-Up… Pas timide. Il y a souvent un décalage entre son discours et ses actions.

Milieu d’origine :               Classe moyenne

Famille :

Père : Marcel, 60+ ans, boulanger à Tarbes

Mère : Simone, 60+ ans, boulangère à Tarbes

Frère (s) : Paul, 30 ans, homo, séropo depuis 6 ans

Sœur (s) : Aucune

Niveau d’éducation :        Supérieur (bac+3)

Langage/Humour :            Très bavarde ; Passe beaucoup du coq à l’âne

  • Emploi de « ne » : fluctuant
  • Contractions : rares
  • Argot : « normal »

Expressions types :            Hé bé ! (seule expression de son héritage méridional) ; Mon salaud / cochon ! (pour exprimer sa surprise, son admiration)

Elle appelle…                        • Noël : Monsieur Propre • Virginie : Moi, Ninie • Thomas : « Tommy » parce que ça l’énerve • Laurent : Laurent • Greg : Greg • Le groupe : « mes amours »

Adresse :                               10 rue Pasteur

Téléphone :                          sans fil chez elle, portable sur elle (forfait 6 heures [HJ3])

Chez elle, c’est :                 Un studio en bordel (elle très mauvaise ménagère) ; Le frigo est toujours vide mais le bar est toujours plein . Dans sa chambre, il n’y a qu’un lit une place.

Animaux domestiques :  Aucun

Plat préféré :                       Les salades (elle est végétarienne et ne sait pas cuisiner, elle mange du poisson [HJ1])

Boisson préférée :             Tous les alcools blancs

Fumeuse :                             Non, mais ne refuse pas un pétard de temps en temps

Sports pratiqués :              Danse africaine dans le gymnase de la fac

Véhicule :                              Un vieux diesel qui la fait se sentir coupable

Lectures :                               BD, humour…

Musique préférée :          Musique latino, et tout ce qui bouge en général

Films préférés :                  Le cercle des poètes disparus

Penchants artistiques / culturels :          Dessin [théâtre ?]

Voyages :                               à déterminer

Sexualité :                             Bisexuelle ; Très libérée (mais pas inconsciente) ; A un faible pour les sportifs ; N’arrête pas de se faire aborder dans la rue et ailleurs ; cherche à se faire oublier un peu, mais a du mal à dire non.

Sortie du placard :

  • Famille : pas fait (son frère oui) [circonstances à déterminer]
  • Entourage professionnel : fait

Sa rencontre avec :

  • Greg : Elle est sortie brièvement avec lui avant qu’il ne rencontre son frère.[HJ2]
  • Laurent : Ils se sont rencontrés à la fac alors qu’elle travaillait à la coopérative.
  • Noël : à déterminer
  • Thomas : à déterminer
Paul Walker as Thomas DeFortescu
Thomas DeFortescu (Paul Walker)

Nom :                                      DeFortescu (c’est lui qui a ajouté la deuxième majuscule)

Prénom :                                Thomas

Date de naissance :           18 avril 1974 (St. Parfait, Bélier) ; soit 25 ans au début de la série

Lieu de naissance :            Lyon

Description physique :    1,69 m ; 69 kg ; cheveux blonds ; yeux bleus ; musclé

Look :                                      Très tendance

Slip ou caleçon ?                Plutôt  slip

Profession :                          Maquettiste pub à l’agence Panel A (Conseil) mais il vise plus haut. Il a fait tout un tas de petits boulots depuis qu’il est ado

Caractère :                            Ambitieux, débrouillard, volontaire, fonceur. Un peu m’as-tu-vu. Aime beaucoup les enfants

Milieu d’origine :               Ouvrier

Famille :

Père : Ion (se fait appeler Jean). Ouvrier dans l’automobile. Immigrant roumain.

Mère : Irène. Fait des ménages après avoir été chef de rayon en supérette.

Frère (s) : aucun

Sœur (s) : Myriam Maillard, fan de soap operas

Autres :

  • 6 Neveux (Cruz, Channing, Jason, Rex, Victor, Jean-Marie + un en route [HJ2])
  • François Maillard ex-beau-frère blaireau

Niveau d’éducation :        Supérieur (école de pub)

Langage/Humour :            Répliques cinglantes, sarcasmes. N’hésite pas à employer des qualificatifs féminins. Les références à des slogans publicitaires sont à utiliser à bon escient et non comme un « gimmick »

  • Emploi de « ne » : assez fréquent
  • Contractions : assez rares
  • Argot : « normal »

Expressions types :            « C’est un concept » pour expliquer quelque chose.

Il appelle …                            • Noël : « Monsieur A », quelquefois « mon bébé » ; jamais « chéri »… En général, il utilise les mots tendres avec ses amis et des mots neutres avec son amant. • Virginie : « Mon amour » • Thomas : Moi • Laurent : « Beauté » et des termes ambigus qui alimentent l’obsession de ce dernier. • Greg : « Ma vieille » ; « Ma biche », généralement des termes féminins.

Adresse :                              

  • maison : 2 rue Rabelais
  • studio : rue des Archives

Téléphone :                          un portable sur lui

Chez lui, c’est :                    • Une maison de ville qu’il partage avec Noël et où il aime recevoir. Il y a une cave bien remplie, un jardin et des chambres d’amis.; Dans sa chambre, il y a un lit à baldaquin. Le décor est à déterminé [sans doute un compromis entre ancien et moderne, peut-être un kitsch 70… couleurs vives, objets bizarres]

  • C’est aussi un studio à Paris

Animaux domestiques :  Poissons exotiques ; Chat

Plat préféré :                       Cuisine Thai

Boisson préférée :             Gin tonic (il dit « gin to’ »)

Fumeur :                                Oui (mais ce détails n’a encore jamais été établi dans le texte, on peut en déduire qu’il ne fume qu’occasionnellement)

Sports pratiqués :              Fitness ; Natation

Véhicule :                              Ka (en général le véhicule le plus récent ou le plus à la mode)

Lectures :                               à déterminer

Musique préférée :          Chanson française et techno dance (écoute NRJ)

Films préférés :                  Pédale douce, Brazil, Arizona Dream, Akira, Speed et les grosses machines comme Titanic  ou Independence Day

Penchants artistiques / culturels :          pas artiste mais branché culture

Voyages :                               Aimerait convaincre Noël de faire une croisière gay

Sexualité :                             Comme pour tout, il a été très précoce, sa première expérience, il l’a eue à 12 ans, et à 19, il se mettait en couple avec Noël.

Sortie du placard :            

  • Famille : Sa mère est au courant et le vit comme une épreuve de plus ; son père n’a pas de problème avec ça (complice) ; sa sœur trouve ça dégueulasse, mais elle le laisse s’occuper de ses enfants. [circonstances à déterminer]
  • Entourage professionnel : fait

Sa rencontre avec :            • Greg : à déterminer • Laurent : Ils se sont rencontrés à la piscine mais il ne sait pas que Laurent est amoureux de lui. • Noël : Ils se sont rencontrés à l’ouverture du Paradis il y a 5 ans • Virginie : à déterminer

James Marsden as Laurent Godefroy
Laurent Godefroy (James Marsden)

Nom :                                      Godefroy

Prénom :                                Laurent

Date de naissance :           10 décembre 1977 (St. Romaric, Sagittaire) ; soit 22 ans au début de la série

Lieu de naissance :            Caen (arrivé en ville vers 4/5 ans [HJ2])

Description physique :    1,78 m ; 68 kg ; cheveux bruns (courts) ; yeux marrons

Look :                                      Classique, pas efféminé

Slip ou caleçon ?                Caleçon

Profession :                          Étudiant en histoire (2ème année)

Caractère :                            Romantique (il rêve d’un amour idéal) ; Pas misogyne, pas timide

Milieu d’origine :               Classe moyenne

Famille :

Père:                                       Bertrand, banquier surmené (env. 50 ans) divorcé ; il ne le voit jamais

Mère :                                     Catherine, institutrice (env. 50 ans) divorcée

Frère (s) :                               David, 27 ans, hétéro, parle peu

Sœur (s) :                               Aline, 25 ans, hétéro mais aime sortit dans le milieu homo, elle joue le rôle de modérateur entre Laurent et sa mère

Niveau d’éducation :        Supérieur (bac+2)

Langage/Humour :            Langage « jeune » mais pas trop marqué ; N’est pas le benêt de service ; s’il ne comprend pas tout, c’est parce qu’il manque d’expérience et de références et qu’il a tendance à parler avant de réfléchir.

  • Emploi de « ne » : aléatoire
  • Contractions : possibles
  • Argot : « jeune » modéré

Expressions types :            Ah bon ? (réponse qui exprime plus une confiance en les autres qu’une véritable naïveté. Très souvent, il a à peine fini d’articuler cette phrase qu’il a déjà compris son erreur.)

Il appelle…                             • Noël : Noël ; Monsieur Propre en cachette • Virginie : Virginie • Thomas : Tom (quand il n’est pas là car il sait que ça l’énerve) • Laurent : moi • Greg : Greg

Adresse :                               [HJ1-6] 44 rue de la Libération (3ème étage gauche) – concierge (voir Pinard, la mère) ; [HJ7-9] chez Noël et Thomas, rue Rabelais ; [HJ9-] à déterminer, avec colocataire

 

Téléphone :                          sans fil chez lui, Tatoo sur lui [HJ1-6]

Chez lui, c’est :                    [HJ1-6]  Chez son père, un grand appartement dans un immeuble hausmannien très bien équipé mais vide. Dans sa chambre, il n’y a qu’un lit une place. [HJ7-9] une chambre d’amis qui a un mur mitoyen avec celle de Noël et Thomas. [HJ9-] à déterminer

Animaux domestiques :  Aime les chiens mais n’en a pas

Plat préféré :                       Les pâtes

Boisson préférée :             Leffe (depuis que Thomas lui a fait goûter)

Fumeur :                                Non

Sports pratiqués :              Tennis à l’université (pendant l’année) ; VTT ; Natation

Véhicule :                              Pas de permis, VTT

Lectures :                               presse gay, Historia, mythologie

Musique préférée :          Techno, dance ; Il a acheté la BO de Titanic mais il n’est pas fan de Céline Dion

Films préférés :                  Titanic, Priscilla, Beautiful Thing ; Il est plus Multiplex que salle d’Arts & Essai

Penchants artistiques / culturels :          Passionné d’archéologie et d’histoire de l’antiquité ; Aime sortir tard et danser ; Branché informatique et internet

Voyages :                               Rêve de partir sur un site archéologique

Sexualité :                             A essayé avec une fille un soir qu’il avait bu ; A essayé sauna (pas convaincu), minitel (pas convaincu), internet (pas convaincu)…Très amoureux de Thomas en secret.

Sortie du placard :   

  • Famille : Sa mère est au courant, mais le prend mal. Pas de dialogue, sauf avec sa sœur. Père absent et qui n’a aucune idée.
  • Entourage professionnel : fait

Sa rencontre avec :            • Greg : aux heures joyeuses [HJ1] • Noël : idem • Thomas : Il l’a vu à la piscine et en est secrètement tombé amoureux • Virginie : Il l’a connue à la coopérative de la fac mais ils n’ont sympathisé qu’à la fin de HJ1

Notes :                                    Laurent est un garçon solitaire dont la vie intérieure est très intense. Cette vie peut ressortir dans l’écriture de son personnage avec des recours fréquents à ses pensées dans la narration des scènes écrites de son point de vue. Cette technique n’est pas réservée au traitement de son personnage mais y recourir doit être plus systématique.

Matthew Lillard as Greg Le Souëzec
Greg Le Souëzec (Matthew Lillard)

Nom :                                      Le Souëzec

Prénom :                                Greg

Date de naissance :           3 mars 1970 (St. Guénolé, Poissons) ; soit 29 ans au début de la série

Lieu de naissance :            Boston, USA ?

Description physique :    1,91 m ; 81 kg ; cheveux châtains (courts depuis peu) ; yeux verts

Look :                                      Jeans, perfecto, bouc, boucle d’oreille (parfois plus classe ?)

Slip ou caleçon ?                Plutôt rien, mais avec option slip

Profession :                          Éducateur au centre social des Tourterelles

Caractère :                            Lymphatique sauf lorsqu’il a bu / nerveux ; Légèrement mythomane (améliore la réalité) ; Surtout connu pour son cœur d’or

Milieu d’origine :               Baba cool, soixante-huitard

Famille :

Père :                                      Jean-Yves Le Souëzec, dit Country Joe, retraité en Ardèche

 

Mère :                                     Bégonia Le Souëzec, née [indéterminé] retraitée en Ardèche

 

Frère (s) :                               inconnu

 

Sœur (s) :                               inconnu

Niveau d’éducation :        secondaire (n’a pas le bac)

Langage/Humour :            A un langage pseudo-branché (anglo-arabo-verlano-cool) ;[comique de situation plus qu’humour spécifique]

  • Emploi de « ne » : très rare
  • Contractions : fréquentes dans la limite du supportable pour le lecteur (elles doivent justifier d’une prononciation relâchée mais pas analphabète)
  • Argot : varié (voir langage)

Expressions types :            … tu vois ? ; j’veux dire ; … , quoi.

Il appelle…                             • Noël : Monsieur Propre (quand il n’est pas là) ; • Virginie : Vi (survivance de leur liaison) ; • Thomas : Thomas ; • Laurent : Laurent ; • Greg : moi

Adresse :                               15 rue des Peupliers, Cité Les Tourterelles, Immeuble Poitou, escalier C, appartement 42 (4ème étage)

Téléphone :                          Filaire (parfois coupé)

Chez lui, c’est :                    Un appartement HLM assez spacieux où il reçoit souvent ; Dans la chambre, il n’y a qu’un matelas par terre. N’a pas la télé (n’aime pas les modes télévisuelles [HJ3]). A une vieille chaîne Hi-Fi qui était au top de ce qui se faisait il y a quinze ans. Il préfère les vinyles aux CD.

Animaux domestiques :  Aucun

Plat préféré :                       Pizza, restaurants divers

Boisson préférée :             Whisky coca (il dit « whisky-coq ») boit beaucoup

Fumeur :                                Oui (et pas que du tabac)

Sports pratiqués :              Aucun

Véhicule :                              Mehari

Lectures :                               Rock & Folk

Musique préférée :          Dire Straits, Genesis, Chris Rhea (on n’a jamais fait mieux), Velvet Underground, Lou Reed (quand même vachement avant-garde) ; Rap et Reggae (pour signification sociale)

Films préférés :                  Hair, Woodstock (ses parents y étaient), Brazil (vachement délire) Basquiat (il a découvert une inspiration)

Penchants artistiques :    Peint (abstrait) ; A une guitare mais ne sait pas en jouer ; Joue du djembé

Voyages :                               Les cinq continents (mais faut-il le croire ?)

Sexualité :                             A été bi ; Personne ne sait qu’il est homo dans sa famille ni dans son boulot. A connu de grandes amours impossibles. Est plutôt du genre à tomber sur des plans galère. Fait les bars, les saunas, les jardins public, le minitel, mais pas internet (il n’est pas très branché informatique)

Sortie du placard :            

  • Famille : pas fait [circonstances à déterminer]
  • Entourage professionnel : pas fait

Sa rencontre avec :            • Laurent : aux heures joyeuses [HJ1] • Noël : au BH (Paris) en 1990 [HJ5] • Thomas : à déterminer • Virginie : À une manif contre le nucléaire (ses parents la lui ont présentée [HJ2]) Il est sorti avec elle brièvement, et avec son frère Paul, aussi.

 

Rusty Ryan as Dino Masclanis
Dino Masclanis (Rusty Ryan)

Nom :                                     Masclanis

Prénom :                                Dino (comme dans dinosaure, diminutif de Dionysos)

Date de naissance :           aux alentours de 1939, soit environ 60 ans dans toute la série

Lieu de naissance :            la ville

Description physique :    1,65 m sans talons ; 60 kg ; on le croit chauve sous ses perruques mais il a les cheveux poivre et sel [HJ5] ; yeux violets comme Elizabeth Taylor ; a eu de très belles jambes

Look :                                      Travelo – même quand il n’est pas en costume, ses yeux ont l’air d’être maquillés.

Slip ou caleçon ?                Allez savoir…

Profession :                          « Personnificateur féminin » comme on dit au Québec

Caractère :                            Grand mage alcoolique (Merlin croisé avec Sue Ellen) ; Dino fait office de chœur grec ; il est omniscient et sert parfois de deus ex machina

Milieu d’origine :               inconnu

Famille :

inconnue – les détails pourront s’ajouter (voire se contredire) d’une histoire à l’autre ; ce qui compte c’est le rôle de son discours, pas le fond.

Niveau d’éducation :        inconnu – de toute façon, il sait tout

Langage/Humour :            S’exprime presque exclusivement par sentences, brèves de comptoir ou paroles de chansons/citations plus ou moins déformées

  • Emploi de « ne » : quasi-systématique
  • Contractions : rares
  • Argot : imagé voire créatif

Expressions types :            Il remplace « Dieu » par « Denise » dans tous les cas.

Il appelle…                             Tout le monde : « Ma chérie » ou « Mon garenne »

Adresse :                               Le Paradis, place de la Mare au Diable.

Téléphone :                          celui du bar

Chez lui, c’est :                    Le Paradis

Animaux domestiques :  les clients du Paradis

Plat préféré :                       le champagne

Boisson préférée :             le champagne (Nicolas Feuillate [HJ2])

Fumeur :                                oui (avec porte-cigarettes)

Sports pratiqués :              autrefois : la danse ; à présent : le spectacle

Véhicule :                              ses pieds, de préférences en talons hauts

Lectures :                               les pensées des autres ?

Musique préférée :          le cabaret, la variété

Films préférés :                  inconnu – ne va probablement pas au cinéma

Penchants artistiques / culturels :          Bien qu’ayant perdu un peu (!) de son élégance d’antan, il continue de se produire sur la scène du Paradis dans des spectacles « burlesques ». Il ne danse plus qu’approximativement, mais il chante encore très bien. Il est également maître dans l’art de la répartie et de la brève de comptoir.

Voyages :                               Quoi ? Quitter le Paradis ? !

Sexualité :                             Un bon souvenir…  et plus depuis sa rencontre avec Maître Folas

Sortie du placard :             ne s’applique pas vraiment !

Sa rencontre avec :            • Greg aux heures joyeuses • Laurent idem • Noël idem • Thomas idem  • Virginie idem

Notes :                                    Dino n’est pas qu’un personnage burlesque. Il est l’incarnation du passé de l’homosexualité (depuis le début des temps) et sa sagesse est véritable. Il doit être traité comme un sage (voire un mage) même si la plupart de ses apparitions sont comiques.

 ·   Archambault, famille

On ne sait pas encore grand chose de la famille de Noël sinon qu’elle doit avoir totalement disparu et que sa fortune date de l’Empire.

·   Beynac, famille

(créée par Sébastien Monod, Frédéric Lebrun et Alexis Clairmont, 1e app. : HJ6)

Marcel et Simone Beynac ont été très affectés par la séropositivité de leur fils Paul. Ils sont devenus très actifs dans le militantisme contre le sida. Ils comptent sur Virginie pour assurer leur descendance.

·   Bravachie, Principauté de

(créée par Marc-Eric Hédenne, développée par Alexis Clairmont ; 1e réf : HJ1)

Pays fictif situé sur la Mer Noire entre la Bulgarie et la Roumanie, sur les rives du Danube et les collines de la Dobroudja. Ancien état satellite de l’URSS, cette principauté minuscule a connu une spécialisation extrême de son économie sous le régime communiste : la production de crucifix et de manches de pioche. Malgré une très importante déforestation, l’industrie du manche, encore farouchement soutenue par le parti crucifiste, continue de bien se porter… mais pour combien de temps ? Depuis 1989, la monarchie bravache a été restaurée et l’état compte bien devenir le Monaco (ou à la limite l’Andorre) des Balkans. Les tensions sont rudes entre les deux partis et bon nombre de sympathisants crucifistes se sont réfugiés en Europe de l’Ouest.

Spécialités culinaires : le Klagskou (Klãgškou) galettes d’avoine au beurre de hareng ; le Bourtsch (Børtšchª) pot au feu de yack avec betteraves, salsifis géants et rutabagas ; le Bhyroutsch (Bhÿroutª) viande de yack bouillie avec purée de navets blancs ; le Plortszk (idem) lard de mouton faisandé avec pommes de terre frites au suif, et le Schponszt, ragoût indéfinissable et très mal préparé dans le restaurant bravache de la ville (HJ3).

L’accent bravache : il consiste surtout à ajouter des accents bizarres sur les mots qui restent écrits normalement. Plus l’accent du personnage est fort, plus il y a d’accents sur les mots. Dans les cas extrêmes, les /l/ et les /r/ sont inversés. (HJ3)

expressions bravaches : çã kãrachoute ! (c’est très bon/bien)

Particularité : tous les noms bravaches sont des adjectifs français en -r (ex : Pietr, Galbr, Mievr…)

·   Defortescu, famille

(créée par Sébastien Monod, Frédéric Lebrun et Alexis Clairmont, 1e app. HJ2)

Originaires de Constanta, Ion et Irène Defortescu ont quitté la Roumanie pour s’installer en France dans les années soixante. Il est « traditionnel », chez eux, de passer tous les conflits sous silence [HJ2].

Irène est de confession orthodoxe et très pieuse [HJ6]. Elle n’accepte pas l’homosexualité de son fils, ce qui se manifeste par un refus de se souvenir du nom de Noël, qu’elle appelle toujours Joël. [HJ2]

·   Ève-Marie

(créée par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

La barmaid hétéro du Paradis. Fille du patron.

Représentant féminin de l’harmonie entre homos et hétéros.

·   Exit

(créé par Frédéric Lebrun, Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ1)

Le seul autre bar gay digne de ce nom. Le patron s’appelle Alex, le serveur, Félix et le pilier, Max. On note une grande concentration de x et de k dans le nom des réguliers de ce bar. La spécialité y  est le bidule, un cocktail à base de jus de goyave et de vodka servi dans un biberon.

·   Farid et Michael

(créés par Sébastien Monod ; 1e app. HJ1)

Deux gamins dont Greg a la charge au centre social des Tourterelles.

Un peu les Itchy et Scratchy des Heures Joyeuses. Ils passent leur temps à se martyriser mais sont complètement inséparables.

A utiliser dans les scènes qui se déroulent au centre social et, éventuellement, à chaque fois qu’on a besoin de figurants pour une atmosphère « banlieue ».

Répliques caractéristiques : « C’est pas moi » ; « J’ai rien fait » ; « Woh, m’sieur », etc.

·   Félix et Alex

(créés par Sébastien Monod et Alexis Clairmont, 1e app. HJ1)

Le serveur et le patron de l’Exit, généralement associés à Max, le pilier.  Alex fait parfois un show transformiste où il chante Aznavour en play-back.

·   Folas, maître Robert

(créé par Antoine Cupial et Alexis Clairmont, 1e apparition HJ5)

Notaire excentrique, amis des patrons du Paradis et petit ami de Dino.

Il est le notaire des Heures Joyeuses.

Clone de Danny DeVito (HJ5)

Inspiration (et référence graphique) : Francis Blanche dans Les Tontons flingueurs.

·   Guillaume

(créé par Frédéric Lebrun, développé par Marc-Eric Hédenne ; 1e app. HJ3)

Etudiant en histoire dont Laurent est tombé amoureux mais qui s’est avéré très hétéro. Passionné d’Ufologie et d’ésotérisme. Il sort avec une beurette (Yasmina) et ses parents n’apprécient pas. [HJ3]

·   Jacques et Dominique

(créés par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

·   Justine

(créée par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)
Cliente lesbienne du Paradis. Conseillère d’orientation, elle porte des lunettes aux verres très épais.

·   Kat (Katherine Mull-Meyer)

(créée par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2 ; nom de famille révélé dans HJ5)

Lesbienne sculpturale, directrice de galerie d’art qui a une liaison secrète avec Virginie [HJ5].

Répliques caractéristiques : Drôle.

Inspirations graphiques : Tamara Lempicka

·   Labit, Prudence

(créée par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ5)

Patronne de Thomas, elle est tout le contraire de son prénom.

·   Labit, Jocelyn

(créé par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ5)

Frère de la patronne de Thomas. Patron d’une agence parisienne. Ami d’Ulrich. Il propose un emploi à Thomas [HJ5].

·   Léa Lacoste-Archambault

(créée par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

Belle-mère de Noël. (Note : on fait souvent référence à elle en tant que sa mère)

Née Léa Lacoste en 1955.

À 20 ans, elle épouse Michel Archambault. À sa mort, 2 ans plus tard, elle se retrouve toute seule avec Noël (âgé de 9 ans) qu’elle élève malgré son amertume de ne pas avoir pu hériter de la fortune familiale.

Remariée peu de temps après. 2e mari : Ludwig, divorce ; 3e mari Sacha, décédé ; 4e mari : Sylvio, décédé. Elle a toujours gardé le nom de son premier mari accolé au sien.

3 enfants.

·   Le Souëzec, famille

(créée par Sébastien Monod, Frédéric Lebrun et Alexis Clairmont ; évoquée HJ2, 1e app. HJ4)

Jean-Yves et Bégonia Le Souëzec sont revenus différents de Woodstock. Ils y ont conçu Greg, mais aussi changé de mode de vie. Jean-Yves, médecin, est devenu Country Joe, herboriste. Bégonia a créé un institut de soin par la boue (une révélation lors du concert mythique) mais devant le succès grandissant de son entreprise, elle a eu peur de sombrer dans le capitalisme et s’est recyclée dans les travaux manuels. Chez eux, il y avait toujours au minimum une douzaine de personnes. [HJ6] Bégonia fait des pâtisseries aux effets psychotropes saisissants [HJ2, 5].

·   Maillard, famille

(créée par Frédéric Lebrun, Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

Myriam, sœur aînée de Thomas. Blonde décolorée. Fan de soap operas. Conduit une Polo.

François, son ex/futur mari. Blaireau. Travaille à la maison de la culture comme homme à tout faire. Conduit une Golf.

6 enfants : Cruz, Channing, Jason, Rex, Victor et Jean-Marie (+1 en route)

·   Mario

(créé par Sébastien Monod et Alexis Clairmont)

·   Marylène, Mylène et Marie-Hélène

(créées par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

Clientes lesbiennes du Paradis. Assez camionneuses dans l’ensemble, l’une est chauffeuse de bus, la seconde est dockère et l’autre insémineuse bovine. [HJ2]

·   Max

(créé par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ1)

Habitué de l’Exit. Sorte d’anti-Dino.

Surnommé dans le premier épisode « Empereur de la subtilité » et « Dieu de la délicatesse », il est le spécialiste des commentaires déplacés.

Répliques caractéristiques : « Ah, tu me rassures, je pensais que c’était sérieux ».

·   Mounir

(créé par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ1)

Beau barman du Paradis.

Considéré par la clientèle comme un dieu inaccessible ou un produit marketing. En fait, on se rendra compte un jour qu’il y a un club assez restreint élus qui ont passé la nuit avec lui et qui partagent un secret bien gardé : Mounir est tout à fait accessible quand il a bu. Il a également tendance à éjaculer précocement  [HJ5].

Répliques caractéristiques : « Je te l’envoie tout de suite » ; et quand il a bu, il bloque sur une phrase anodine pendant toute la conversation (cette phrase peut changer à chaque fois), c’est là qu’on sait qu’il est mûr.

·   Neuf, Ghislaine

(créée par Alexis Clairmont, 1e app. HJ5)

Directrice artistique de Panel A.. Toujours en décalage par rapport au reste du monde.

·   Palmoine, Pierre Patrick

(créé par Alexis Clairmont, 1e app. HJ5)

Directeur général de Panel A. Coincé dans les années 80.

·   Panel A (Conseil)

(créé par Alexis Clairmont ; 1ère app. HJ4 )

Agence de publicité où travaille Thomas. Elle fait partie du Groupe EUROsix qui fédère de nombreuses agences d e provinces.

Le nom de l’agence vient de ses créateurs, Palmoine, Neuf et Labit (et non pas Labit, Neuf & Palmoine !)

·   Patrick

(créé par Marc-Eric Hédenne ; 1e app. HJ3)

Infirmier avec qui sort brièvement  Greg (HJ3). Revu brièvement en compagnie de Paul, frère de Virginie (HJ4).

·   Paul Beynac

(créé par Frédéric Lebrun Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e ref. HJ2, entr’aperçu HJ4)

·   Phyllicia

(créée par Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

« Femme » de Kat., asiatique aux cheveux bleus. Très froide.

·   Pinard, « la mère »

(créée par Alexis Clairmont, 1e app. HJ1)

Concierge chez le père de Laurent. Soupçonnée de tuer les animaux domestiques.

·   Pomme

(créée par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

Didjette de l’Enfer. De son vrai nom : Sandra Chantreau.

Petite lesbienne boulotte.

·   Rémi

(créé par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ1)

Mythomane qui embobine Noël et Greg (HJ1) et couche avec Laurent (HJ4).

·   Rodolphe

(créé par Sébastien Monod et Alexis Clairmont ; 1e app. HJ2)

L’idiot du Paradis. Barman de son état.

C’est à lui qu’il faut faire appel pour les scènes qui comportent un personnage particulièrement stupide.

·   Roxane Vermont

(créée par Marc-Eric Hédenne ; 1e app. HJ3)

Ancienne camarade de Noël aux Beaux Arts. Décoratrice d’intérieur.

·   Ulrich

(créé par Frédéric Lebrun, 1e app. HJ5)

Ami parisien de Thomas.

Dans la mesure du possible, le faire intervenir quand on a besoin d’un personnage parisien sympathique.

·    [la vieille voisine]

(créée par Marc-Eric Hédenne et Sébastien Monod, 1e app. HJ 8 ?)

 

Une réflexion au sujet de « Pour unifier la série La bible des Heures joyeuses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *