Les heures joyeuses

Fièvre afteuse Les Heures joyeuses 7, Alexis Clairmont

Les heures joyeuses 7

« T’as raté la teuf du siècle. »

Sans se prendre pour le centre de l’univers, Thomas ne pensait jamais entendre une phrase pareille.

Mais, photos à l’appui, il est bien forcé d’admettre qu’il y a, au Paradis, des « after » qui font monter la température.

 

« Tu ne trouveras pas tes amis ici ce soir. Soit ils cuvent encore, soit ils se cachent… soit ils sont morts, va savoir.  » (Dino)

ho-logo

 

Idée originelle : Alexis Clairmont

Il s’agit d’abord et avant tout de rendre les Heures Joyeuses dans l’état où je les ai trouvées, c.à.d avec Thomas de retour en ville. Il faut également traiter des suites du coming-out télévisé de Laurent et de sa liaison avec Tiburce. Et comme si ces deux événements n’étaient pas suffisants, j’aimerais aussi montrer un sentiment de panique chez Noël après avoir proposé le PaCS à Thomas et faire prendre un râteau à Greg. Oh, et si je mettais enfin Kat et Virginie ensemble pour de bon… Ca fait peut-être beaucoup ?

On n’a qu’à faire une grosse fête pour mettre tout ça en scène…

Synopsis et rédaction : Alexis Clairmont

Sortie : décembre 2001

Couverture: Kinu Sekigusi

ACHETER

Notes de production

  • Pour des raisons de coût d’impression, les épisodes étaient imprimés par trois. Celui-ci marquait le début du troisième regroupement et la fin d’un run de trois épisodes consécutifs pour moi. J’avais pris des libertés avec les règles établies dans la Bible, mais d’autres auteurs allaient suivre et il fallait que je range un peu.
  • Le parti-pris de raconter l’histoire en mélangeant la chronologie, avec ma tendance de multiplier les personnages, a été une gageure. A ce jour, cet épisode reste mon préféré, autant pour le souvenir d’écriture qu’il me laisse que pour le résultat final.
  • Honte à moi, la phrase d’ouverture: « Cette ville a besoin d’un lavement » est tirée verbatim du Batman de Tim Burton. Mais elle est trop bonne !
  • Un titre de travail pour cet épisode était: Mardi grave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *